SUZANE

Après un premier EP remarqué en 2018, Suzane a dépassé l’ombre de l’anonymat et accéléré la cadence. Les quelques concerts des débuts se sont transformés en une tournée gigantesque en 2019 où elle fait figure d'artiste la plus programmé de s festival d'été. Il n’y a pas eu de palier de décompression pour la jeune artiste sudiste. Du rien, au tout !

Cet EP a dévoilé une musique proche de l’os et des paroles sans fard, une poésie instantanée et brûlante, aux chorégraphies viscérales.

 

Rarement une artiste aura aussi bien décrypté
son époque, sans slogan ni drapeau.
Avec une générosité pas dupe et une soif inextinguible d’aventure
sans filet. Suzane est prête.

 

Suzane étouffe les évidences et chante ce que nous sommes. Chanson française ? Électro ? Très vite, les étiquettes n’ont plus d’importance. Suzane chante son époque, sans cynisme ni raccourci. Introspection pudique, elle incarne et ne triche pas, mêlant avec un naturel déconcertant et une énergie fédératrice la musique et les mots, les maux et les corps.

Esthétique mouvante, mélodies au dépouillement salutaire. Les médias l’ont adoptée... et nous aussi !
 

Une conteuse d’histoires sur fond électro

 

Parée de sa combinaison aux couleurs électrisantes incarnant une femme de combat, l’artiste "révélation scène" aux Victoires de la musique 2020 nous désarme par l’étendue de son talent aussi bien musical que chorégraphique ; elle fait trembler la scène par la danse et la voix, avec son album "Toï Toï". Sur scène, c’est ce que l’on se dit pour se souhaiter bonne chance avant une représentation. On entend le « jouet » en anglais, et Suzane aime jouer ! Se jouer des codes et faire jongler ses histoires avec une galerie de personnages inspirés de son quotidien. Furieusement vibrante, elle chante une féminité post me-too avec un groove imparable.  

-----------------

© Crédit photo : Liswaya

À suivre dans "Chanson / Variétés / Jazz"