LA BELLE AU BOIS DORMANT

C’est bien le célèbre conte de Charles Perrault qui a inspiré en 1829 le compositeur français Louis-Ferdinand Hérold pour écrire la musique d’un ballet pour l’Opéra de Paris.

Cette version française - beaucoup moins connue que celle de Tchaïkovski soixante ans plus tard - est un « ballet-pantomime-féérie », où les personnages sont incarnés par les danseurs-étoiles.

Contrairement à l’opéra, personne ne chante : l’histoire est racontée à travers les gestes et le mime. Si la musique originale reste fidèle aux moindres indications de la partition, la partie chorégraphiée, en revanche, s’éloigne de la vérité historique. Dans le style d’une parodie, le spectacle s’amuse ainsi à faire plonger le ballet romantique dans une farce impertinente proche de l’univers décalé et humoristique incarné par Shirley et Dino.

 

Une Belle au bois dormant burlesque et extravagante

 

La Belle au bois dormant de Hérold est l’un des premiers ballets classiques à pointes et à tutus du répertoire français. Il fixera le genre jusqu’au XXèmesiècle. Alors attention, c’est une œuvre à respecter car l’orchestre y est brillant, l’histoire de Charles Perrault envoûtante et les rythmes des danses enivrant. Je vous le dis: UN MONUMENT HISTORIQUE. Mais comme certains ont mis des moustaches à La Joconde qui, forte de sa beauté rajeunie, survécut largement à la plaisanterie, Gilles et Corine Benizio (alias Shirley et Dino) ont redonné couleurs et vie à cette Belle endormie qui ne demandait qu’à se réveiller...
Note d'intention de Hervé niquet, direction musciale à l'origine du projet. 

 


Quelques mots de Corinne et Gilles Benizio (Shirley & Dino) :
La Belle au bois dormant...Evidemment ça nous fait rêver ! On adore ce conte de fées avec des rois, des reines, le bébé, le berceau, la quenouille et la méchante Carabosse. Qu’à cela ne tienne, ce sera un concert-spectacle avec tout le monde sur scène, comme décor des panneaux marqués « château esstraordinaire , chambre de la princesse, salle du trône », les costumes trouvés dans les réserves du théâtre de Besançon et les accessoires achetés au magasin de farces et attrapes près de chez nous. Bref une super production écologique. Un spectacle spectacle joyeux et déjanté qui laissera un souvenir impérissable au public présent et à nous l’envie obsédante de recommencer cette aventure insensée.

 

À suivre dans "Musique / Lyrique"