Chanteuse au talent prodigieux et au tempérament bien trempé, Youn Sun Nah n’hésite pas à couper les amarres et remet tout en jeu à chaque nouvel album. Sa voix et sa personnalité touchent au cœur et la mène, au-delà de ses concerts à guichets fermés, des Jeux de Sochi au Théâtre National de Corée, diversifiant sa présence partout dans le monde. Post-confinement, elle revient sur scène avec Waking World, un onzième album très personnel qu’elle a entièrement écrit et composé, et qui marque une renaissance : jamais la chanteuse coréenne ne s’était autant mise à nu ; on la découvre tourmentée, triste ou en colère. A la question « Quand rien ne va, que nous reste-t-il ? » elle répond avec sa sensibilité et sa sincérité coutumières, et se révèle en concert une interprète exceptionnelle.
 

Une plume qui fait le poids

 

De scènes de clubs parisiens en festivals de jazz, elle commence une carrière française, jusqu’à se placer dans les meilleures ventes de disques jazz. Elle se distingue par sa voix qu’elle utilise comme un instrument de musique, ses albums qui mêlent compositions et reprises, et le caractère exotique de ses choix, car elle chante aussi bien en coréen qu’en portugais, en espagnol ou en hébreu. 
 

Youn Sun Nah est née et a grandi à Séoul dans une famille passionnée par la voix ; son père était chef de chœur et sa mère actrice de comédies musicales. Elle apprend le piano dans son enfance mais se consacre essentiellement à ses études générales jusqu’à ce qu’elle obtienne son diplôme de Lettres à l’Université de Konkuk en 1992. 
Distinctions :
2019 : Officier des Arts et des Lettres (Ministère de la Culture de la République Française)
2014 : Sejong Culture Award (Korean President’s Commendation)
2012 : Korean Popular Culture and Arts Award (Prime Minister's Commendation)
2009 : Chevalier des Arts et des Lettres (Ministère de la Culture de la République Française

 

 

Mélanie Dahan (1ère partie)

Une voix Jazz, claire, mutine et puissante Album Le Chant des Possibles, avec Jeremy Hababou (piano), Jeremy Bruyère (contrebasse, basse), Arthur Alard (batterie) et Benjamin Petit (saxophone). 

Chanteuse très attachante, swing chevillé au corps et vive sensibilité.
TTT Télérama.

 

--------------

crédit photo : Sung Yull Nah