PIERRE ET LE LOUP et LE POIDS DES CHOSES

Prokofiev commence ainsi son histoire :
« Écoutez bien, voici l’histoire de Pierre et le loup.
Une histoire pas comme les autres. Une histoire qui vous sera contée en musique, et par les instruments de l’orchestre.
Comment ? C’est très simple : chaque personnage de l’histoire
sera représenté par un instrument différent, qui jouera une petite phrase musicale, facile à retenir.  […] »

La chorégraphe Dominique Brun ajoute quant à elle à chaque personnage déjà doté d'un instrument qui lui correspond, une action dynamique qui devient son motif dansé.

 

Le Poids des choses

Durée 15 minutes
Création musicale David Christoffel / Texte original Dominique Brun, David Christoffel

Cette pièce s’interroge sur ce qu’est le mouvement. Fondée sur le système de l’Effort de Rudolf Laban, elle invite les publics (enfants, adultes) à regarder la danse de plus près, en proposant des outils pour saisir ce qu’on voit. Les danseurs nous présentent l’espace et le temps dans lesquels le mouvement se manifeste et la force que notre corps déploie pour contrer celle de la gravité. Ils font « comme si » on pouvait voir le temps, l’espace et la force de façon isolée alors qu’on ne les voit jamais séparément.

 

Si une personne est capable de se souvenir d’un air et de le chanter dans sa tête, il lui sera aussi possible de se rappeler de la qualité dynamique, rythmique et spatiale, d’un mouvement...
Rudolf Laban

 

Pierre et le loup

Durée 30 minutes
Musique Sergueï Prokofiev / Texte original Sergueï Prokofiev - Version française Renaud de Jouvenel
Avec l’aimable autorisation des Éditions le Chant du Monde

L’histoire est connue : c’est celle de Pierre, un garçon qui a pour amis un chat, un canard et un oiseau ; c’est aussi celle d’un loup qui rôde dans la forêt.  Pour raconter cette histoire, Prokofiev a attribué à chaque personnage un instrument  de musique différent. La chorégraphe Dominique Brun reprend ce procédé pour créer une véritable fable chorégraphique : Alors que le compositeur visait à l’écoute de l’orchestre, elle dote chaque interprète d’un geste pour composer une chorégraphie singulière. Ainsi Pierre « tapote », le loup « tord », l’oiseau « flotte », le canard « époussète »,… Bientôt, les personnages en viennent à utiliser d’autres actions dynamiques, donnant richesse à la chorégraphie ainsi qu’un air de liberté !

Dominique Brun offre une version chorégraphique du conte qui souhaite le doter d’autres vertus pédagogiques. Là où Prokofiev visait à l’écoute de l’orchestre, elle, donne des clés de lecture du mouvement grâce au système de l’Effort conçu par le théoricien de la danse, Rudolf Laban. Ce système qualitatif d’analyse du mouvement fut élaboré au moment où Prokofiev écrivait Pierre et le Loup, dans les années 40.  


Grâce à ce procédé, là où le compositeur permet une écoute particulière de l’orchestre en représentant chaque personnage par un instrument, la chorégraphe donne à son tour un moyen de compréhension du mouvement en dotant chaque interprète d’un motif dansé singulier. Les actions dynamiques ainsi élaborées permettent à la fois aux danseurs d’ancrer les corps dans la puissance expressive du conte et de délier la danse de la narration pour l’amener vers plus d’abstraction et de poésie.  
 

 

------------
Création chorégraphique Dominique Brun | Assistée de Sylvain Prunenec
Danseurs Djino Alolo Sabin, Clarisse Chanel, Clément Lecigne, Marie Orts, Sylvain Prunenec ou Filipe Lourenço | Stagiaires-danseurs Zoé Bleher, Florent Brun 
Avec la participation de Marc Meyapin et Tess Vlassov (voix off) 
Préparation des récitants, mise en dialogue Dominique Brun, David Christoffel | Scénographie Odile Blanchard | Réalisation Atelier Devineau | Peinture décor Didier Martin, Odile Blanchard | Serrurerie Fabrice Gros et Fabrice Bicheron | Régie générale Christophe Poux | Création lumière Yves Bernard | Régie lumière Raphaël de Rosa | Costumes Florence Bruchon | Production et administration Bureau PLATO
 
 

-------------------------

Coproduction Association du 48 Les 2 Scènes, Scène nationale de Besançon Théâtre du Beauvaisis, Scène nationale Le Dôme Théâtre d’Albertville CDCN La Place de la Danse – Toulouse Occitanie L’échangeur CDCN – Hauts-de-France Le Théâtre, Scène nationale de Mâcon. 
Avec le soutien de : Théâtre des Bergeries Noisy-le-Sec, La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne, studio le Regard du Cygne AMD-XXe, Ircam Centre Pompidou et Arcadi Île-de-France.
Les Porteurs d’ombre sont soutenus par la DRAC Île-de-France / Ministère de la Culture au titre de l’aide à la compagnie conventionnée. Dominique Brun est artiste associée aux 2 Scènes, Scène nationale de Besançon, au Théâtre du Beauvaisis, Scène nationale, et au Théâtre Louis Aragon à Tremblay-en-France

À suivre au mois de Mars