Interprète d’un large répertoire reflétant son imaginaire, Sonia Wieder-Atherton est dans l'exploration permanente de son art, associant les sonorités de son violoncelle au théâtre, à la danse, au cinéma, à la littérature. Légendes de l’est est tirée de textes, poèmes ou univers ayant inspiré plusieurs compositeurs, dans une scénographie innovante. Des phrases projetées sur des tulles ouvrent sur un imaginaire où en réponse se déploient des œuvres musicales pour violoncelle et orchestre. Dirigé par leur cheffe énergique Debora Waldman , l’orchestre Idomeneo accompagne la violoncelliste dans ce projet original. Repoussant les frontières, Sonia Wieder Atherton se veut être avant tout une raconteuse d’histoires. Une rencontre inédite qui promet de fortes émotions.

 

Programme :

Œuvres pour violoncelle et orchestre

Chant russe orthodoxe (traditionnel)
• W. Lutoslawsky - Grave
• B. Bartok - Danses roumaines
• E. Bloch – Scènes extraites de Jewish life
• S Prokofiev - Le champ des morts
• P.Tchaïkovsky – Variations sur un thème Rococo
 

 

Sonia Wieder-Atherton fait de la musique
une langue ouverte sur le monde

 

Ce concert est une invitation à découvrir la diversité artistique et les magnifiques interprétations musicales de Sonia Wieder-Atherton et de l’Orchestre Idomeneo.

 

 

-------------------------

 

Sonia Wieder-Atherton - Violoncelle : 
Elle commence le violoncelle à neuf ans à Paris. A 16 ans, elle fait une rencontre déterminante, celle de Mstislav Rostropovich. A Paris, elle entre au Conservatoire National Supérieur de musique dans la Classe de Maurice Gendron. Dont elle sort avec un premier prix de violoncelle et un premier prix de musique de chambre. A 19 ans elle part vivre à Moscou pour étudier le violoncelle avec Natalia Chakhovskaya au Conservatoire Tchaïkovski pendant deux ans et demi. Elle gardera en elle de ces années russes, en plus d’un enseignement d’excellence, un rapport particulier au temps, à l'histoire. De retour en France, elle devient à 25 ans lauréate du Concours Rostropovitch. Son jeu et son style immédiatement identifiables font d’elle une interprète rare.

 

Débora Waldman - Direction musicale :
Le parcours de Debora Waldman l’amène à résider dans trois pays différents avant ses 15 ans. Née au Brésil, elle grandit en Israël, puis habite en Argentine. A 17 ans, elle dirige pour la première fois et décide de s’orienter vers la direction d’orchestre : elle vient alors à Paris se perfectionner au Conservatoire National Supérieur de Musique. En 2008, L’ADAMI la nomme “Talent Chef d’Orchestre” puis en 2011 elle reçoit une distinction par la fondation Simone et Cino del Duca, sous l’égide de l’Académie de Beaux-Arts. Récemment on a pu l’entendre notamment avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Johannesburg, l’Orchestre National de Colombie, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre de Bretagne, celui des Pays de Savoie, ou encore l’Orchestre Lamoureux au Théâtre des Champs-Élysées. Cheffe dynamique, outre sa carrière de cheffe invitée, elle est particulièrement engagée dans la transmission avec le projet Demos de la Philharmonie de Paris depuis sa création en 2010. Elle travaille et évolue dans la tradition qui affirme que l’on doit : « questionner en permanence ».
 

Orchestre Idomeneo :

Donner à la musique classique un souffle nouveau afin qu’elle soit dialogue et résonance entre les hommes, telle est la mission de musicienne, chef d’orchestre, meneuse de projet, et créatrice de liens. Les musiciens d'Idomeneo sont « polyglottes » : formés à la rhétorique de la musique baroque, ils maîtrisent avec la même exigence les techniques modernes. C’est pourquoi nous pouvons proposer une approche historiquement informée d’une lecture actualisée des plus grandes pages du répertoire. L’Orchestre Idomeneo peut ainsi aborder tout le spectre du grand répertoire, et concevoir des projets de création qui demandent de réfléchir à de nouvelles formes de transmission du patrimoine musical. Depuis la création de l’orchestre en 2013, l’Orchestre Idomeneo s’est produit notamment au Théâtre Impérial de Compiègne, au festival de Sully et du Loiret, à l’auditorium de Vincennes, au théâtre du Vésinet et au théâtre « Claude Debussy » de Maisons-Alfort.