EMILE PARISIEN / FESTIVAL SONS D'HIVER

Carte blanche à Emile Parisien

En première partie de soirée, le prodige du sax est en bonne compagnie avec un combo reliant des musiciens de premier plan : Michael Wollny, en grand-écart entre piano et synthétiseurs ; Christian Lillinger, batteur au drive inventif ;Tim Lefebvre, à l’aise dans le tumulte comme dans la douceur. Voici un quartet jamais figé, en improvisation presque constante.

La soirée se poursuit avec un sextet électrique, transnational et organique. Theo Croker, jeune soufflant de Londres, naviguant entre le hip hop et un jazz hybride, est à la trompette. Manu Codjia, pilier indépassable de la scène française, à la guitare. Roberto Negro, complice complet des frasques d’Émile Parisien pose son piano face à la rythmique où s’ébattent Joe Martin et Nasheet Waits. Une soirée excitante qui pourrait bien avoir pour devise : toujours s’attendre à l’inattendu !

 

Un prodige du sax en bonne compagnie

 

 

 

 

 

À suivre au mois de Janvier