Se situant 15 ans après les évènements du "Cercle de Whitechapel" accueilli au Théâtre Debussy il y a quelques saisons, et en reprenant la plupart des personnages, Les Voyageurs du crime reviennent avec une nouvelle intrigue, pour notre plus grand plaisir  !

 

Les Voyageurs du crime vous proposent une enquête policière haletante dans l’univers raffiné du plus célèbre train du Monde, l’Orient Express. Au début du XXème siècle, ce train de grand standing parvient à quitter la Turquie alors déchirée par une guerre civile. A bord, le personnel s’affaire à satisfaire les exigences des passagers : Mme Mead, stricte préceptrice anglaise, Miss Cartmoor, surnommée « la Sarah Bernhardt de Buffalo », M. Souline, un maître d’échecs ou encore le célèbre Bram Stoker, créateur de Dracula. Mais au passage de la frontière, une jeune fille de bonne famille hurle que sa mère a disparu. Deux éminents voyageurs se mettent en quête de la vérité. Commence alors une nuit de mystères… Après le Cercle de Whitechapel, voici une sorte de Saison 2, truculente intrigue dans une formidable « scène de crime » qui rend le public complice !

 

Enquête haletante où vous, spectateurs,
êtes complices

 

Notes de l'auteur
Donner une suite aux aventures de Conan-Doyle, Bernard Shaw et Bram Stoker (Cercle de Whitechapel) : l’atmosphère de cette nouvelle pièce devait rivaliser dans l’imaginaire collectif avec la puissance d’évocation des soirées de Whitechapel. Mais où trouver une pareille ambiance ? 
C’est d’une autre sorte de brume que la réponse a surgi : celle de la vapeur d’une locomotive, la Pacific 231 conduite par mon arrière-grand-père sur une vielle photo de famille. Le train, bien sûr ! Le train ! Cet hôtel filant à travers les paysages et les frontières, ce lieu clos accessible à tous les inconnus qui ont achetés un billet, cet endroit dans lequel des gens qui ne se sont jamais rencontrés acceptent de partager quelques heures d’intimité. 
Tant qu’à choisir, prenons bien sûr le plus fabuleux d’entre tous : l’Express d’Orient (qui ne deviendra officiellement Orient-Express que quelques années plus tard). Ce trait d’union merveilleux qui a fait entrer le XXème siècle dans l’ère du voyage moderne et qui a mis les contrées lointaines à quelques dizaines d’heures des capitales européennes. La promesse d’une aventure enfin domptée et offerte aux plus offrants avec la garantie du calme, du luxe et de la bienséance. En bref, le cadre le plus formidable pour un crime !
Julien Lefebvre