Cinénecc
Quelques jours avec Vincent Lindon

Cinénecc se consacre cet automne à un des acteurs les plus populaires du cinéma français, VINCENT LINDON, récompensé par de nombreux prix et salué par la critique.

PROGRAMME

JEUDI 9 NOVEMBRE

18h30 La crise (1992) - Réal. Coline Serreau
21h00 Ceux qui restent (2007) Réal. Anne Le Ny

VENDREDI 10 NOVEMBRE

18H30 Mademoiselle Chambon (2009) Réal. Stéphane Brizé
20h45 Augustine ( 2012) Réal. Alice Winocour

SAMEDI 11 NOVEMBRE

16h00 La loi du marché (2015) Réal. Stéphane Brizé
18h00 Toutes nos envies (2011) Réal. Philippe Lioret
20h30 La moustache (2005) Réal. Emmanuel Carrere

DIMANCHE 12 NOVEMBRE

16h00 Le journal d’une femme de chambre (2015) Réal. Benoit Jacquot
18h00 Welcome (2009) Réal. Philippe Lioret

---------------------------
 

Au cours de sa carrière, Vincent Lindon a su rester libre de ses choix incarnant des personnages très différents. Du cadre déprimé dans La Crise en 1992, au célèbre sculpteur Rodin dans le film de Jacques Doillon en 2017 (diffusé au Ciné Debussy en juin dernier), l’acteur a souvent changé de registre.

Fils d’un riche industriel, né à Boulogne-Billancourt, il choisit la voie du théâtre et s’inscrit aux Cours Florent où il bénéficie des conseils de Francis Huster, son professeur. Il fait ses débuts au cinéma dans les années 1980, mais il perce véritablement l’écran dans les années 1990 : on le retrouve dans plusieurs films à résonance sociale comme ceux de Pierre Jolivet, ou encore dans la célèbre comédie Ma Petite Entreprise. Vincent Lindon devient l’un des comédiens les plus sollicités du cinéma français.

S’il continue de briller dans la comédie au début des années 2000, c’est le cinéma d’auteur qui lui ouvre ses portes avec le Septième Ciel de Benoît Jacquot où il rencontre Sandrine Kiberlain qu’il retrouvera plus tard dans Mademoiselle Chambon. Il donne ensuite la réplique à Emmanuelle Devos dans La Moustache où il interprète un homme en quête d'identité après avoir rasé la moustache qu'il a toujours portée, et dans Ceux qui restent où ils incarnent des conjoints de personnes en longue maladie.

En 2009, il continue dans le cinéma social avec Welcome, qui est sa première collaboration avec Philippe Lioret, (il tournera de nouveau avec lui dans Toutes nos envies en 2011), et il est à nouveau nominé aux Césars en 2010 pour son interprétation. Il passe à un registre plus sombre avec des rôles complexes, comme dans Augustine en 2012. En 2015, il partage l’écran avec Léa Seydoux dans Le Journal d’une femme de chambre, l’actrice incontournable du moment, mais c’est avec La Loi du marché (2015) que Vincent Lindon rencontre la consécration en remportant le César du meilleur acteur et le prix d’interprétation masculine à Cannes.

On ne pouvait attendre plus longtemps pour mettre à l’honneur cet immense interprète. C’est chose faite à travers cette sélection qui retrace les grands rôles de la montagne Vincent Lindon.

Gilles Machto

À suivre au mois de Novembre