RAYON X

Un enregistrement est sur le point de démarrer, celui d’une ultime émission de radio sur l’antenne de Rayon X. Al, la Gamine et Michel, trois jeunes qui animent le Club Radio de leur collège, sont singuliers, à la fois très en avance et toujours un peu en retard. Ensemble, ils font le pari d’élucider quelques grands mystères de la nature et décident de partir s’installer dans le Bois de la commune menacé par la construction d’une grande entreprise.  Le Bois, lieu vivant et sacré qu’ils refusent de voir sacrifié au profit de promoteurs immobiliers…  Le Bois qui, selon les calculs d’Al, serait un site particulièrement propice à la diffusion et à la réception d’ondes radio à longue portée…  Le Bois qui pourrait bien être le lieu de LA rencontre tant espérée avec d’autres vies que la nôtre. 

Pour nos trois solitaires, tout l’enjeu de la pièce est d’ « aller pleinement au monde ».  A ce moment de leur histoire, ils voudront agir. Et pour répondre à cette ambition, ils devront dépasser leurs limites.  Les trois protagonistes et leurs pairs (les élèves du collège) vont réaliser qu’au bout du bout, « être au monde », c’est à la fois le questionner et agir avec lui.  

Cultivons notre singularité
dans le chemin de l’action commune

 

Rayon X interroge profondément la notion de l’engagement.
En ce sens, ce spectacle peut être une ode au dépassement, une invitation à cultiver sa singularité dans le chemin de l’action commune.
 

 

La représentation : du récit et de l'action

Le principe du studio de radio permet une véritable alternance de récit et d’action.  En animant aux micros leur émission en direct, les personnages peuvent avoir une adresse directe au public. Dans ce rapport quasi interactif, ils peuvent tantôt dynamiser le « programme radiophonique », tantôt prendre en charge les récits plus intimistes de leur histoire. Et ces récits vont ouvrir – au cours de la représentation - de véritables flashs back qui se rejouent sous nos yeux. Ainsi, les personnages quittent leurs micros puis les regagnent tout au long de la représentation.  
Et le plateau évolue au fil de l’histoire. C’est comme si l’histoire qui était en train de se raconter à l’antenne se concrétisait peu à peu dans l’espace… Les souvenirs poussent littéralement sur le sol, « arrosés » par le récit, et s’incarnent au milieu et autour du studio. Ça déborde, ça glisse… et surtout, ça cohabite.

 

Anne Contensou
Metteuse en scène et auteure, elle fonde la compagnie Bouche Bée en 2005 en plaçant les écritures contemporaines en lien avec le plateau et tous les langages scéniques au cœur de son projet artistique. Elle s’intéresse particulièrement à la place de l’individu dans la communauté et à la façon dont son identité se construit entre la sphère intime et la sphère sociale. À chaque création s’invente une nouvelle forme de représentation, en résonance avec la singularité du texte choisi, toujours soutenue par une exigence scénique et esthétique au service de la langue.

--------------------------------------

Production : Compagnie Bouché Bée
Coproduction Théâtre des Bergeries - Noisy le Sec / DSN - Scène Nationale de Dieppe.  Avec le soutien d'Arcadi Île-de-France dans le cadre du parcours d’accompagnement,  le Conseil Général de Seine Saint Denis, le Théâtre 71- Scène Nationale de Malakoff,  de l’Adami et de la Spédidam. La Compagnie Bouche Bée est en convention avec la Région Ile-de-France  dans le cadre de la Permanence Artistique et Culturelle.

 

 

À suivre au mois de Janvier