Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?

 

Entretien avec Martin Provost

D’où est venue l’idée de La Bonne Épouse?

Le film est né d’une rencontre. J’avais loué un été une maison dans le Cotentin qui appartenait à une dame de 80 ans qui se prénommait Albane. Elle était noble, mais vivait en fermière, avec ses bêtes. Nous avons sympathisé, et elle m’a raconté comment elle avait décidé, après la guerre, de ne pas faire d’études, contre l’avis de ses parents, parce qu’elle préférait aller à l’école ménagère pour rester avec ses copines. Je ne savais pas exactement ce qu’était une “école ménagère“, mais l’entendant me parler de son expérience, j’ai vu des images défiler. Avec ma co-scénariste Séverine Werba, nous avons tout de suite lancé des recherches. Oui, il y a bien eu une époque où l’on enseignait aux jeunes filles à devenir des épouses parfaites. Autour de nous, des témoignages directs attestaient de cette époque révolue et en même temps pas si lointaine. Aux archives de l’INA, nous avons même déniché des documentaires étonnants sur ces écoles. Je me souviens de ma stupeur quand une présentatrice de l’époque, sosie de Denise Fabre, racontait avec beaucoup de sérieux qu’une repasseuse digne de ce nom ne pouvait terminer ses deux années d’apprentissage que par la chemise de monsieur, qui consacrait en elle la bonne épouse.

Tous vos films parlent de l’émancipation féminine...

Cela vient de mon histoire sans doute, puisque je me suis violemment opposé à mon père, pour qui la domination masculine était légitime. C’est aussi cette opposition qui m’a poussé à quitter ma famille très jeune et à faire les films que je fais. La Bonne Épouse est certainement le film qui me ressemble le plus. Il réunit tous les autres. C’est mon film le plus libre, mais aussi peut-être, et contrairement aux apparences, le plus engagé.[...] Quand j’ai tourné Séraphine, je me souviens d’une discussion avec une amie qui me reprochait mon manque d’engagement politique. Je lui avais répondu que faire un film sur une femme de ménage qui se voue à la peinture envers et contre tout, c’était ma façon à moi de m’impliquer.

 

-----------

En 2017, Martin Provost réunit pour la première fois à l’écran Catherine Frot et Catherine Deneuve dans SAGE FEMME, et le film réalise plus de 700 000 entrées.